Céline PARET

Nutritionniste

                                        Consultations sur rendez-vous

Boissons light ou non, là n'est pas la question !

Alors que les boissons sucrées augmentent le risque de surpoids, de diabète et de maladies cardiovasculaires, les boissons light, ou allégées en sucre, sont régulièrement accusées d'avoir des répercussions négatives. Alors quel type de boissons sucrées privilégier, light ou non-light ? Selon cette étude américaine, la question n'est pas là. C'est notre mode alimentaire global qui compte et non le type de boissons.

Description de l'image

En fait, ceux qui ont un régime alimentaire équilibré sont aussi ceux qui ne consomment pas ou peu de boisson sucrée et inversement. C'est ainsi que les consommateurs de boissons sucrées, light ou non, sont aussi en moins bonne santé.
Quelque 4.000 personnes ont été suivies durant une vingtaine d'années et réparties en deux grandes catégories :

  • Les consommateurs "prudents" (66% des sujets), dont l'alimentation est variée, équilibrée et saine, basée essentiellement sur des fruits et des légumes, des céréales complètes, des fruits secs, du poisson, de l'huile d'olive, etc.

  • Les consommateurs "occidentaux", eux, mangent davantage de viandes, de volailles, de pizza et de menus type fast-food.

On constate ainsi que les consommateurs prudents ne boivent pas de boisson light, ont un risque de tour de taille trop élevé réduit de 22%, d'excès de triglycérides réduit de 28% et un risque cardiovasculaire global moindre.
Le régime occidental est, quant à lui, associé à un risque cardiaque accru, quel que soit le type de boissons consommées.

En pratique, il faut revoir son régime alimentaire avant de se poser la question de passer ou non aux boissons light. C'est le mode d'alimentation général qui importe le plus, avant de penser aux types de boissons. Pour notre santé, de nombreux autres facteurs alimentaires comptent, à commencer par la fréquence de consommation des fruits, des légumes, des céréales complètes, du poisson, etc.

Source : Duffey K.J. et al., The American Journal of Clinical Nutrition, February 29, 2012, doi: 10.3945/ajcn.111.026682.