Céline PARET

Nutritionniste

                                        Consultations sur rendez-vous

Manger des tomates protège de l’AVC

Selon une étude finlandaise, les tomates, qui ont la particularité d’être riches en antioxydants, diminuent le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC). Une bonne raison de revoir son alimentation et d’augmenter la part des fruits et des légumes, et notamment d’augmenter votre consommation de tomates.

Description de l'image

Au cours de cette étude, 1.031 hommes âgés de 46 à 56 ans ont été suivis pendant une douzaine d’années, période durant laquelle 67 AVC sont survenus.
Parmi les hommes dont les taux sanguins en lycopène étaient les plus élevés, 11 seulement ont été victimes d’un AVC, contre 25 chez les hommes dont les taux sanguins en lycopène étaient les plus bas. Autrement dit, les sujets ayant les plus hauts niveaux de lycopène présentaient 59% moins de risques de subir une attaque cérébrale due à un caillot que les personnes dont les taux étaient les plus faibles.
Sachant que l’AVC fait partie des premières causes de mortalité tant chez les hommes que chez les femmes, que l’AVC est la première cause de handicap acquis de l’adulte dans les pays développés et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer, cette petite étude est à considérer.

En pratique, le lycopène est connu pour réduire également les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’ostéoporose. Sachez aussi que ce puissant antioxydant atteint une concentration maximale dans la tomate cuite et notamment dans les sauces tomate. Et sinon, on trouve également du lycopène dans d’autres fruits : pastèque, pamplemousse, goyave, papaye, fruits rouges.

Enfin, sachant que comme pour l’infarctus, plus la prise en charge de l’AVC est précoce, meilleures sont les chances de récupération, il faut connaître les signes d’alerte de l’AVC : survenue brutale et soudaine d’une paralysie du visage, d’une faiblesse du bras, d’un trouble de la parole, associés ou non à des troubles de l’équilibre, des maux de tête et/ou une baisse de la vision. Ces signes doivent amener à composer le 15 immédiatement.

Source : Karppi J. et al., Neurology. 2012 Oct 9;79(15):1540-7. doi: 10.1212/WNL.0b013e31826e26a6.

Date de publication : 16/11/2012